Compte rendu de mandat municipal – Janvier 2012

COMPTE   RENDU   DE   MANDAT   MUNICIPAL – N ° 3 Janvier 2012

Au seuil de ce 3è compte rendu annuel de mandat, présenté par les élus de l’opposition AGIR ENSEMBLE A BONCHAMP, nous voudrions, tout d’abord, souligner la confirmation du climat correct, dans lequel s’est déroulé l’ensemble des conseils municipaux de l’année.

L’acceptation réciproque des mandats respectifs de la majorité et de la minorité a permis d’engager des débats constructifs et sereins, laissant apparaître les divers consensus et divergences sur tel ou tel dossier.

Il n’en reste pas moins que nous avons poursuivi notre travail en restant fidèles à nos aspirations.

Un premier bilan (sommaire) a été dressé lors de l’AG annuelle (01.12.11) de l’association AGIR ENSEMBLE A BONCHAMP, au sein de laquelle nous continuons à mener une réflexion globale sur le présent et l’avenir de la commune.

C’est ce bilan que nous reprenons, plus détaillé, cette fois, à destination de nos habituels lecteurs : adhérents et sympathisants de l’association, ensemble des élus et responsables d’associations de la commune, maires et groupes d’élus d’opposition de Laval-Agglo etc….

I – SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE ET FISCALITE

Si la stabilisation des taux d’impôt est en soi un objectif pertinent et essentiel, celui-ci doit être resitué dans la perspective d’un nouveau contexte général.

Ainsi, la référence à la crise financière ne saurait servir d’alibi permanent pour expliquer la situation tendue des diverses collectivités territoriales : si dette de l’Etat il y a, responsable d’asphyxier le budget des communes, celle-ci procède de choix faits en amont, fragilisant le secteur bancaire, de plus en plus réticent à consentir des prêts aux collectivités locales.

Il faut aussi intégrer à ce contexte les incertitudes que font peser les enjeux des futures élections présidentielles, notamment sur le plan de la décentralisation.

Pour ce qui est de la commune de Bonchamp, il apparaît, en tout cas, difficile de laisser croire longtemps aux habitants qu’un niveau d’équipement pourra être assuré, sans recourir à une augmentation de la pression fiscale des foyers (dont la vertu civique doit être réaffirmée).

Nous sommes intervenus, lors du CM de Juin dernier, consacré à diverses dispositions :

–         nous nous sommes abstenus sur la suppression de l’exonération de 2 ans de la taxe foncière concernant les constructions nouvelles (mesure pénalisant les candidats à la construction d’un logement sur la commune, qui doivent continuer à bénéficier, en période de crise économique, de cette incitation).

–         nous avons voté contre la fiscalisation des recettes du SIVU de l’école de musique  « Maurice Ravel »

  • en application du texte soumis à notre réunion préparatoire, nous avons refusé de cautionner ce réajustement technique, qui vise à modifier le mode de financement actuel, en vue de réaliser l’économie des 102 000 euros versés par la commune au syndicat intercommunal.
  • cette opération ayant pour effet un nouveau calcul de la taxe foncière, intégrant désormais une contribution supplémentaire au titre du SIVU, manque de lisibilité pour les Bonchampois, confrontés en réalité à une augmentation (indirecte) de 5 à 6% des impôts communaux.

–         nous nous sommes abstenus, enfin, sur l’augmentation des tarifs de restauration

scolaire, CMAL et activités « Jeunesse et Sports » : cette proposition (de +2,5%), faisant suite à celle de l’an dernier, aboutit à un dépassement des marges habituelles qui peut poser problème à certaines familles, notamment pour les dépenses de cantine.

Au-delà de ce débat, il apparaît tout aussi illusoire de pouvoir concrétiser, sans difficultés, d’autres dossiers envisagés, tels que l’annonce de l’aménagement d’une véritable base de loisirs, complémentaire de la nouvelle salle de sports. Par ailleurs, de quelles marges de manœuvres disposerons-nous pour entreprendre un projet d’envergure tel que la restructuration du centre-bourg  ?..

II – EQUIPEMENTS et SERVICES

1. Projet de « Pôle de Santé bicéphale »

Nous avions déjà indiqué, lors de notre précédent compte rendu de mandat de Janvier 2011, notre intérêt pour l’émergence d’un projet de regroupement des cabinets médicaux, qui pouvait apparaître comme un début de fonctionnement collectif, bien qu’amputé des professions paramédicales restant dispersées sur le territoire communal.

L’apparition (inattendue), début Juillet, d’un nouveau projet intitulé « Pôle de santé bicéphale pluridisciplinaire », prenant en compte un fonctionnement en liaison avec la commune d’Argentré et divers paramédicaux, doit être analysée à la mesure du soutien que nous pouvons lui apporter en tant qu’élus.

Par ailleurs, la multiplication de ce type de projets sur l’ensemble du département doit relativiser les effets d’annonce envisagés par telle ou telle collectivité, qui ne parlent pas toutes le même langage.

En clair, nous ne sommes pas prêts à soutenir n’importe quelle structure, qui en resterait au stade d’un simple regroupement immobilier ou qui apparaîtrait comme un rapide habillage, destiné à faciliter l’opportunité d’un soutien financier par la Région (qui prend aussi en compte la situation réelle de démographie médicale d’un secteur donné).

C’est pourquoi, la notion de « projet de santé » reste pour nous fondamentale : sa rédaction, de la responsabilité prioritaire des médecins et professions de santé, doit pouvoir aussi intégrer des priorités définies par les élus d’un territoire.

2. Activité commerciale

Dans ce domaine, nous l’avons déjà dit, il existe de facto un « droit de regard » minimum sur l’installation de telle ou telle activité, dans le souci de favoriser le fonctionnement harmonieux des divers commerces de proximité.

C’est pourquoi, on ne peut se que montrer favorable, en se donnant les moyens réels de les accompagner efficacement, aux diverses manifestations envisagées par l’équipe actuelle de l’UCAB, telles que le Forum des Artisans du Dimanche 22 Avril, qui se donne pour objectif de démontrer l’étendue des savoir-faire artisanaux sur la commune.

3. Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

La démarche, initiée par la nouvelle directrice du Foyer-Logement, en vue d’y créer un « Conseil de Vie Sociale » et d’élaborer, sur l’ensemble de la commune, un véritable « Projet d’Action Sociale » nous semble être une bonne méthode destinée à permettre une meilleure rationalisation des services d’aide.

4. Jardins familiaux

La demande de cet équipement par des habitants de la commune a rencontré une réponse rapide et satisfaisante de la part des services municipaux et nous semble aller dans le sens de la mixité et du lien social.

III – DEVELOPPEMENT DURABLE

La polémique qui a surgi, lors de la perte de la « 3è fleur » de la commune, suite à l’évaluation par le jury régional, permet de resituer cette anecdote dans la problématique générale du développement durable.

Si le fleurissement est l’occasion d’afficher une volonté d’embellissement du cadre de vie collectif, il ne saurait être déconnecté d’une politique globale dans la gestion différenciée des espaces et de la mise en valeur des monuments publics.

Nous renvoyons sur ce sujet à notre tribune libre d’élus minoritaires, parue dans le dernier bulletin municipal de janvier 2012, qui fait référence à la démarche d’un Agenda 21, [i-e : pratique volontariste et concertée d’un plan d’action au niveau de l’environnement) déjà adoptée par de nombreuses communes.

C’est autour de ces questions que nous avons souhaité organiser notre dernière réunion publique (Novembre 2011) qui, après le thème de la gestion des déchets, a permis à près de 100 personnes de débattre de la promotion des circuits courts dans le domaine de la restauration collective.

IV – EQUIPEMENTS SPORTIFS : WE ARE (always) THE BEST !!…

A nouveau, nous exprimons notre scepticisme d’élus minoritaires vis-à-vis de la recherche systématique de distinctions entreprise par la commune, pour figurer dans le peloton de tête.

Nous éprouvons, en effet, la volonté de marquer nos distances par rapport à cette tendance à transformer la vie municipale en « course à l’échalote », en vertu des bonnes pratiques d’émulation qui seraient à la base de toute compétition, en même temps qu’elles contribueraient, de façon décisive, à l’attractivité de Bonchamp (dont la démonstration n’est plus à faire …).

On pouvait, donc, selon nous, se dispenser d’un second « Trophée-de-la-commune-la-plus-sportive-des-Pays-de-Loire ». (la logique eût été alors d’accepter, avec la même sportivité, la décision du jury régional de fleurissement ?!…)

Pour ce qui est de l’argument de l’attractivité (concept un peu fourre-tout), nous serions preneurs d’une enquête affinée auprès des nouveaux habitants, afin d’évaluer avec précision les motivations dans le choix de leur lieu de résidence.

Il y a fort à parier que s’ils sont sensibles à la qualité d’équipements de toute nature, c’est d’abord en raison de leur proximité géographique par rapport à la ville centrale du département …

C’est pourquoi, sur cette question des équipements sportifs de la commune enrichis d’une nouvelle salle, nous reprendrons quelques extraits de l’intervention du conseiller général du canton (par ailleurs membre de l’opposition municipale), qui nous a fourni l’occasion de réaffirmer notre vigilance par rapport à la prise en compte du sport-loisir :

–         «… ce qui est important, aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’arrivée d’une nouvelle salle dans le paysage communal

–         ce qui compte, c’est la spécificité d’une commune qui, avec ses équipements sportifs, a su réaliser autour du sport et des loisirs un vaste ensemble d’activités d’animation intergénérationnelle

–         ce qu’il faut souligner d’abord, c’est le fonctionnement d’un service Jeunesse et Sports qui, au-delà des stades et des compétitions, enrichit la commune d’un réseau d’animateurs s’adressant à tous les publics (de la petite enfance aux personnes âgées)

 

– Pour résumer, la victoire de Bonchamp ne se situe pas dans l’obtention d’un trophée

– La réussite de Bonchamp se situe d’abord dans la mise à disposition d’une offre diversifiée en matière de sports et de loisirs, qui gagnera à être complétée d’une exploitation rationnelle de l’espace environnant, en vue d’y édifier une base de loisirs authentique.

– C’est à cette nouvelle tâche que nous devons maintenant nous consacrer avec la même énergie et la même détermination… »                                                           [17.12.11]

C’est dans le même état d’esprit que nous aborderons (en tant que représentants d’une collectivité richement pourvue en installations sportives) au sein de Laval-Agglomération, le débat sur le futur terrain de foot synthétique, en refusant de cautionner à tout prix l’obtention immédiate de ce nouvel équipement, s’il s’avère que ce projet pourrait obérer le budget intercommunal…. Son éventuel report pour 2013 ne nous paraît pas être une échéance insupportable .

Pour CONCLURE ce panorama,

s’il y avait besoin de nous justifier d’une participation constructive à la vie municipale, nous espérons que ce bilan, à défaut d’être entièrement partagé par tous, suffira à répondre à l’accusation – trop souvent formulée à notre encontre – d’attitudes et de propos négatifs.

Outre notre participation assidue au travail en commissions municipales, nous sommes également présents dans la plupart des commissions intercommunales de Laval-Agglo.

Pour ce qui est de la vie associative, ce n’est quand même pas nous qui nous sommes « auto-exclus » du Forum annuel en dépit (/ à cause de ?) de l’audience croissante de la démarche citoyenne que nous avons voulu impulser au sein de la commune.

Enfin, pour être complet, faut-il passer sous silence la participation individuelle de tel ou tel de nos représentants dans des activités aussi diverses que le travail sur l’histoire de la commune, l’animation des journées Patrimoine, la prise en charge d’animations au sein de la Médiathèque ou le comité de jumelage ?…

30 Janvier 2012

Michel FERRON, Sylvie EVRARD, Maurice CHAMBRIER, Anne-Marie MILLE, Michel GERAULT, Marie-Claude TOURTELIER

Merci de commenter en laissant vos coordonées et en restant courtois.

Répondre