Conseil municipal du 23 octobre 2014 : débat sur l’eau, …

Beaucoup de délibérations formelles ont été adoptées à l’unanimité lors de ce conseil, soit à la demande de la Trésorerie (pour la gestion du personnel communal), soit à la demande d’agent (modification du temps de travail), soit pour permettre le bénéfice de dispositifs fiscaux plus intéressants (assujettissement à la TVA pour la future maison de santé, dérogation de zonage « Duflot » comme Changé, Laval et St Berthevin).

 

L’effacement des réseaux électriques et téléphoniques rue de la Faux est en cours, et ceux de l’impasse d’Anjou devrait pouvoir être effectué début 2015. Anne Marie MILLE  s’est félicité de ces travaux  qui sont nécessaires afin d’offrir le même cadre de vie à l’ensemble des habitants quelque soit le quartier. Ils vont aussi valoriser le cœur de notre ville.  Plusieurs rues restent à faire, et une programmation par tranches de 100 000/120 000 € par an devrait permettre l’achèvement en 5 ans. En réponse à ces questions, le Maire a indiqué que le conseil aura à se déterminer sur le maintien de Bonchamp en commune rurale, ce qui offre une participation plus importante du SDEGM, ou le passage en commune urbaine qui percevrait une taxe sur l’électricité mais moins d’aide. Un dossier devrait être préparé.

Les salariés d’Eiffage, qui font actuellement des relevés dans certains quartiers, opèrent en fait un géo-référencement de tous les réseaux existants.

 

Le débat le plus important a eu lieu sur les rapports eau et assainissement du SIAEP. Après la présentation de Gérard MORIN, adjoint mais aussi Président du SIAEP, Michel PERRIER a développé l’analyse d’AGIR sur ces rapports et sur le contrat actuel avec la SAUR. Cette année, certains points s’améliorent (production du captage de Montroux, rendement du réseau,…), d’autres restent à surveiller (les nitrates, …), mais il a surtout dénoncé fermement l’augmentation du prix : + 4,04 % alors que l’indice général des prix a été de + 0,7% en 2013, et que les salaires et les retraites stagnent ! C’est une hausse inacceptable qui touche tous les bonchampois et qui  s’explique en grande partie par la rémunération de la SAUR. Celle-ci a perçu en effet 1 120 902 € en 2013. En 2002, avant le contrat actuel, le montant était seulement de 724 243 €, soit plus de 54 % d’augmentation !… Ce contrat est donc très très favorable pour le délégataire. Michel PERRIER a conclu en demandant que le prix payé par l’usager soit un élément déterminant dans le choix du prochain prestataire.

(L’intervention complète et les documents communiqués au conseil sont visibles là : http://www.agir-bonchamp.fr/rapports-2013-du-siaep-eau-assainsissement-notre-analyse/)

 

En question diverse, Monsieur le Maire est revenu sur le retrait du projet de l’entreprise EUROVIA. Il s’est félicité de cette conclusion, et a ensuite remercié  tour à tour les dirigeants de l’entreprise, le Préfet, les responsables de Laval Agglomération, le collectif d’opposants, le personnel communal et les membres de la majorité municipale. Seules, les minorités ont été oubliés… Pourtant, ce sont elles qui ont su prendre position, dès le début, et sans ambiguïté !!!

C’est un discours étonnant, mais ce n’est pas la première fois que Gwénael POISSON se positionne ainsi, puisque pour la rédaction et la diffusion du 4 pages dit d’information  sur le projet, il l’avait fait au nom de l’équipe municipale sans associer les minorités.

 

Dans le cadre du compte-rendu des commissions, Caroline LE GOFF s’est étonné que des points de la commission « vie scolaire, restauration » aient été passés sous silence. Il y a eu rupture de la chaine du froid, ce qui peut poser des problèmes sanitaires. Une solution technique est certes recherchée, mais pas encore trouvée. Par ailleurs, elle a rappelé qu’une place de stationnement pour personne handicapée devant l’école primaire publique avait été demandée.

Billet écrit par

L'équipe de rédaction de l'association