Compte Rendu de mandat municipal – Janvier 2013

Comme à l’accoutumée, ce compte rendu annuel, présenté par les élus de l’opposition AGIR ENSEMBLE A BONCHAMP, se limitera aux principaux dossiers qui ont marqué la vie communale durant l’année 2012.

Notre participation active aux discussions et choix envisagés a permis de mettre en évidence à nouveau des convergences et divergences qui ont nourri le débat démocratique au sein du Conseil municipal.

C’est pourquoi, il nous paraît toujours normal et nécessaire de diffuser cette synthèse à l’attention de tous ceux qui enrichissent la vie communale de leur engagement : les élus, certes, mais également les personnes qui ont pour fonction de s’investir au service de la commune ainsi que les responsables du secteur associatif et aussi tous ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, aux différents enjeux de la politique municipale.

Par ailleurs, désireux d’intégrer ce bilan dans le contexte intercommunal qui conditionne de plus en plus d’orientations, nous poursuivons notre échange avec d’autres groupes d’élus (majoritaires ou minoritaires) engagés au sein de la communauté de LAVAL-Agglomération.

Enfin, en conclusion de cette rétrospective, sera dressé un bilan spécifique du travail poursuivi par l’association citoyenne AGIR ENSEMBLE qui continue à proposer un espace public de réflexion et de débat sur l’avenir de la commune.

I – FINANCES ET FISCALITE : l’expression d’un désaccord revendiqué et assumé

Chaque année, le vote du budget est l’occasion d’un débat justifiant le vote politique du Conseil qui clôture le travail technique des commissions.

Il est donc logique que les deux composantes de l’assemblée communale profitent de cette opportunité pour rappeler leurs orientations et priorités respectives, motivées par deschoixdifférents, qui peuvent conduire la minorité à se dissocier du vote majoritaire.

[La pratique de la démocratie, ce n’est pas s’accommoder d’un vague « consensus mou » : c’est d’abord accepter et assumer les conséquences d’éventuels conflits qui peuvent faire progresser une communauté.]

Cette année, une nouvelle fois, les dissensions se sont accrues autour des problèmes de la fiscalité.

Et, au point où nous en sommes, force est de constater que nous sommes condamnés les uns et les autres à un véritable dialogue de sourds, dès lors que nous avons voulu dénoncer un « artifice », celuide la fiscalisation des recettes du SIVU.

Bien décidés à assumer jusqu’au bout les conséquences de notre désaccord, nous sommes revenus sur la question dans notre tribune libre du dernier bulletin municipal, intitulée Pour un budget transparent et compréhensible par tous.

Ayant été les premiers à louer les efforts de pédagogie de l’adjoint aux Finances pour rendre les budgets plus lisibles, nous pensons tout simplement qu’en ce qui concerne le dernier, la « transparence » eût été réelle si tout avait été dit, sans détour, dès le départ …

Le dernier bulletin municipal publie d’ailleurs, sur une page entière (p.9), une information complémentaire sur la fiscalité, aboutissant à la même conclusion que nous [« cette augmentation aurait été identique si les taux municipaux avaient augmenté de 5% »], accréditant ainsi l’idée que les informations antérieures n’étaient pas complètes !

   Notre tort a sans doute été de rester, nous aussi, au stade de l’implicite. Il était pourtant évident qu’à une augmentation fiscale qui ne voulait pas dire son nom, nous aurions préféré l’annonce d’une mesure directe et plus franchement assumée.

Et à ceux qui nous ont accusés rapidement d’avoir (tardivement) instrumentalisé ce débat par la diffusion du tract Comment augmenter les impôts sans le dire ? , nous en rappellerons brièvement la chronologie :

–          Juin 2011 : lors du vote du budget, nous prenons clairement position contre certaines   dispositions, parmi lesquelles la fiscalisation des recettes du SIVU ; la presse fait état de cette divergence

–          Janvier 2012 : nous y revenons dans notre compte rendu annuel n°3, en parlant d’« augmentation  indirecte »

–          Avril 2012 : parution du supplément Infos Municipales, consacré à une longue explication technique des spécificités du dernier budget              

–          Mi-Novembre 2012 : distribution du tract AGIR qui avait pour objectif de répondre à ce document, au moment où chacun paie ses impôts locaux et peut constater les résultats des décisions prises

–          Janvier 2013 : le bulletin municipal revient sur les choix budgétaires de la commune, parallèlement aux 2 tribunes d’expression libre …ce qui donne deux pages pour la majorité !…

II – RESTRUCTURATION DU CENTRE-VILLE : Vrai-faux départ ?

Ayant manifesté à plusieurs reprises notre impatience de voir se concrétiser l’engagement récurrent de la majorité à se lancer dans cette vaste opération, nous ne pouvons que nous féliciter de voir celle-ci (ré)inscrite dans les préoccupations du Conseil.

Pour autant, l’impossibilité technique, maintes fois répétée, de prendre à bras-le-corps ce chantier, sous le prétexte des longues procédures de la libération du foncier (mais aussi en raison d’autres priorités budgétaires) n’était pas, selon nous, le seul obstacle. Il n’était pas forcément nécessaire d’attendre la fin des acquisitions de propriétés pour relancer la réflexion sur ce sujet.

C’est pourquoi, s’atteler, en fin de mandat, à la réactualisation de cette rénovation augure assez mal d’une volonté d’aboutir de manière décisive

On ne peut, en effet, se satisfaire de l’intéressante communication du CAUE sur ce sujet, présentant de nouveaux scénarios, tous plus séduisants les uns que les autres sur le papier. Ceux-ci, survenant après la copieuse étude du mandat précédent, dont aucune conclusion sérieuse n’a été tirée, restent du domaine de la « réalité virtuelle » …

[NB : en revanche, on pourra noter comme positif le bilan énergétique des bâtiments communaux qui, dans le cadre d’une mission de Conseil en Economie Partagé, a permis d’aboutir à des conclusions autrement plus opérationnelles.]

En résumé, si l’annonce d’une réunion publique représente une étape importante, on devra se donner les moyens réels d’une avancée significative, en reprécisant les objectifs recherchés : revitaliser le centre-bourg, c’est d’abord lui redonner une identité attractive qui intègre la pérennisation de son tissu commercial.

  • Aire de loisirs : devant être conçu, selon nous, comme directement ouverte sur une pratique diversifiée de loisirs et non comme simple appendice du complexe sportif, cet espace, réduit encore à une juxtaposition d’installations sans fil conducteur, n’a toujours pas vu émerger un schéma global d’aménagement (« elle est restée à l’état d’une simple piste sans rien autour … » selon l’aveu du maire lui-même lors de la dernière AG de l’ESB …)

III – GROUPE PATRIMOINE : pour mémoire …

Nous saluerons, à notre tour, l’important travail collectif qui a rendu possible la parution d’un ouvrage sur l’histoire de la commune Bonchamp-lès-Laval : un terroir, une histoire. Ayant pu nous associer à l’élaboration de ce projet, nous pouvons mesurer la part d’investissement d’une équipe qui a su venir à bout de ce défi.

Nous souhaiterions simplement apporter quelques éléments complémentaires aux informations données ici ou là sur la genèse de cette entreprise.

Le lancement d’un groupe « Histoire » au début des années 90 étant tombé à plat, nous avions demandé au Conseil de l’époque (en 1996) qu’il soit réactivé …sans grand succès. Au cours de notre second mandat, nous avions alors suggéré l’idée d’une rubrique régulière « Patrimoine » dans le bulletin municipal.

Celle-ci s’est concrétisée, notamment, par 2 articles rédigés au nom de la commission Culture, le 1er consacré au curé « bâtisseur » de l’église, J.A.Mesnard du Hallay (v. n°33 du bulletin municipal), le second sur « l’énigme de la Cassine », qui faisait suite à une conférence en médiathèque de Jacques Naveau, archéologue départemental, que nous avions sollicité (n°39 du bulletin).

Enfin, qu’il nous soit permis, à notre tour de rendre un hommage appuyé à quelqu’un dont la contribution s’est ajoutée à d’autres enquêtes essentielles, François Rocu, éminente figure bonchampoise, fortement impliquée dans le secteur associatif, dont la famille nous avait remis les archives, aussitôt mises à la disposition du groupe de recherche.

   Le dossier constitué par ce passionné d’histoire locale est loin d’être épuisé et des extraits pourront faire l’objet des futurs cahiers thématiques, destinés à compléter l’ouvrage collectif.

IV- REPRESENTATION A L’AGGLO : Pluralisme ou tentations politiciennes ?

Notre assiduité au travail en commissions nous permet d’être étroitement associés aux principaux projets de la communauté de Laval-Agglomération.

Au travers des compétences successives dont celle-ci s’est dotée, de nombreuses orientations et décisions engagent l’avenir de tout un territoire, qui a parfois du mal à exprimer sa solidarité.

La délégation bonchampoise est elle-même composée de sensibilités différentes, qui ont pu apparaître lors du dernier conseil communautaire de Décembre, consacré au vote du Budget Primitif 2013.

Nous nous sommes étonnés que 2 délégués de la commune aient été les deux seuls de l’assemblée communautaire à voter contre ce budget (avant d’en approuver les principaux chapitres…), en fonction, sans doute, de choix et d’analyses légitimes et respectables…

Ce qui nous amène à poser deux questions de principe :

1. qui, à Bonchamp, est cohérent et fait de la « politique politicienne », dès lors qu’une grande partie de la majorité vote le budget et que l’autre le refuse ?

2. quid, pour l’anecdote, de la soi-disant nécessité d’une délégation parlant d’une seule voix, qui nous fut objectée, en son temps, pour justifier le refus de nous accorderun siège de titulaire ?

ACTIVITES DE L’ASSOCIATION : bilan et perspectives

1. Débats publics annuels

Fidèle à une pratique instituée depuis le début de l’actuel mandat, l’Association a décidé de s’investir chaque année dans la préparation et l’animation d’un débat public sur une problématique intéressant la vie municipale.

Dans cet esprit, se sont succédé une réunion sur la gestion des déchets, une rencontre sur le thème  « Vivre avec la maladie d’Alzheimer » puis un échange sur les problèmes de restauration collective, de l’approvisionnement local et de l’alimentation bio …

Le choix d’une réunion ambitieuse sur La pratique sportive et les collectivités locales n’était pas sans risque dans une commune engagée de manière décisive dans ce secteur d’activité.

Le bon déroulement de cette soirée a été l’occasion de riches échanges entre différents interlocuteurs expérimentés (élus, sportifs, mouvement associatif) que l’Association avait sollicités. Plus encore, nous voulons saluer la présence du maire et d’autres élus municipaux ainsi que de représentants du milieu sportif local qui a renforcé la crédibilité de cette démarche associative.

2. Les groupes de travail

On comprendra aisément dans ces conditions que l’Association entende réinvestir le travail entrepris chaque année sur l’un de ces sujets, sous la forme de groupes de travail qui en sont le prolongement.

Ainsi, se sont (re)constitués, pour cette année, des groupes thématiques sur le DEVELOPPEMENT DURABLE, le SPORT, les PERSONNES AGEES (en lien, notamment, avec l’important travail de recadrage entrepris par le Conseil Général.)

Quant à la reconduction d’un groupe de travail sur les FINANCES, celle-ci n’étonnera personne, compte tenu de la place occupée par les problématiques budgétaires…

28 Janvier 2013

Michel FERRON, Sylvie EVRARD, Maurice CHAMBRIER

Michel GERAULT, Anne-Marie MILLE, Marie-Claude TOURTELIER

Merci de commenter en laissant vos coordonées et en restant courtois.

Répondre