29 octobre : un conseil municipal animé (suite…)

Plusieurs points budgétaires ont été soulevés par la minorité : un supplément de 30 000 € pour l’opération « la Gobinerie » dû à la démolition, non prévue avec Méduane Habitat, et au désamiantage. Au total, le coût pour la commune serait de 123 000 € environ. Par ailleurs, un prélèvement de 33 161 € au titre de la loi SRU pour l’année 2014 apparaît faute de logements sociaux en nombre suffisant. Monsieur le Maire a précisé que d’autres communes de l’agglo étaient concernées, notamment Changé, Louverné et L’Huisserie. Les élus d’AGIR ont demandé que toutes les opérations à venir comptent impérativement plus de 20 % de ce type de logements afin de se rapprocher progressivement de l’obligation réglementaire.

Les primes de fin d’année au personnel (sur la base de 937,60 €), y compris aux emplois d’avenir, ont été votées à l’unanimité. Idem pour accepter la délégation de la compétence « crématorium » à Laval Agglomération, dont une installation était attendue depuis plusieurs années par de nombreux habitants.

Les points « eau » et « assainissement collectif » ont, par contre, fait l’objet d’échanges soutenus.  Michel PERRIER a d’abord rappelé que « c’est la dernière année de ce contrat, l’avant dernier rapport de la SAUR. Pour notre part, au sein du SIAEP d’Argentré-Sud, dont la commune de Bonchamp est membre, nous avons voté contre la décision d’une nouvelle délégation de service public sous forme d’affermage car aucune possibilité de gestion différente n’a été étudiée en amont, pas même un rapprochement possible avec la régie municipale de Laval…Nous l’avons dénoncé et le dénonçons encore. Si bien que j’ai refusé de participer au vote pour départager la SAUR et VEOLIA qui présentaient d’ailleurs des offres assez similaires. » (cf. : http://www.agir-bonchamp.fr/le-siaep-quitte-la-saur-pour-veolia/)

Il a observé ensuite « que pour que le prix de l’eau n’augmente pas encore en 2016, c’est la collectivité (le SIAEP) qui a été obligé de diminuer la part syndicale. Une bonne mesure certes mais qui montre l’impasse de ces contrats successifs, et pose nombre de questions. La part du SIAEP n’est-elle pas trop élevée depuis plusieurs années, aux dépends des usagers ? Pourquoi cette mesure, par surprise, au moment du changement de délégataire ? »

Quelques points rapidement sur les rapports 2014  :

« La consommation : en 2014, sur l’ensemble du syndicat, les volumes consommés augmentent très légèrement, malgré la canicule et une augmentation importante des abonnés domestiques (plus de 500 en un an, ce qui interroge). Nous nous en félicitons, c’est la conséquence d’un nouveau comportement des usagers, beaucoup plus économe et moins enclin aux gaspillages. Mais comment ne pas regretter que les usagers n’en tirent pas de bénéfice économique ?

Le prix : la hausse au 1er janvier 2015 est de 0,81%. Ce chiffre est raisonnable, mais il faut rappeler que l’augmentation en 2014 avait dépassé 4 % !

Pour 120 m3 consommés, l’abonné va donc payer 549,67 € en 2015. Mais la comparaison année par année a ses limites. En 2002, le même abonné, pour la même consommation d’eau payait 357,24 €. C’est donc une augmentation de près de 53 % sur la durée du contrat ! C’est vertigineux… Bien sûr, il y a les taxes et autres redevances qui s’appliquent. Et cela permet parfois d’embrouiller encore davantage les consommateurs. Mais, pour que chacun comprenne facilement les causes de cette hausse, il faut étudier la rémunération du fermier :

– pour l’eau potable : 711 076 €

– pour l’assainissement : 423 472 €

soit un total 2014 : 1 134 548 €

En 2002, la SAUR avait perçu 724 243 €…  seulement ! En 12 ans, la SAUR a ainsi augmenté sa rémunération de plus de 56 % ! C’est vraiment un contrat qui a été très très rentable pour le délégataire, mais pas pour les usagers ! « 

Gérard MORIN, adjoint et surtout Président du SIAEP, a défendu avec véhémence le bilan et les décisions du syndicat. Il a affirmé que la régie n’était pas une bonne solution, qu’il fallait bien agir et non philosopher… Mais, de fait,  il n’a pas répondu aux questions posées, y compris celle de Pascal PIGNE, à propos des objectifs fixés au nouveau contrat sur le prix payé par les consommateurs. Il faut donc insister : si le prix sera stabilisé au 1er janvier 2016, pour un an, ce ne sera pas à cause d’un effort de VEOLIA, mais uniquement parce que le SIAEP réduit sa part de plus de 40 000 €…!

Vous pouvez si vous le souhaiter télécharger en PDF le RAPPORT ASSAINISSEMENT et le RAPPORT EAU (environ 10 Mo par fichier).

Billet écrit par

L'équipe de rédaction de l'association

Un commentaire

  1. Un comité syndical utile qui envisage, enfin, une baisse des tarifs ! - Agir ensemble à Bonchamp-lès-Laval

    […] 53 % depuis 2002, cf. : http://www.agir-bonchamp.fr/29-octobre-un-conseil-municipal-anime-suite/) s’en félicite sans réserves. Les usagers doivent bénéficier de l’excédent […]

Les commenatires sont fermés